1994 : Nouvelles structures

La Semaine Romande de Musique et de Liturgie : Nouveau nom, nouvelles structures

En 1994, Edouard Zumofen et Michel Veuthey quittent respectivement la présidence et la direction de l’Association des Semaines romandes de musique sacrée. L’association renouvelle alors ses structures. Les statuts sont revus et les organes de l’association repensés. Il y a tout d’abord la création d’une Assemblée générale, organe constitué de deux représentants par canton romand ainsi que par deux religieux. Et c’est un Bureau constitué de cinq personnes qui devient l’Exécutif de l’Association.

Dans le même élan, soucieux de pouvoir élargir le plus possible la session à tous les métiers de la liturgie, le nom de la session est modifié pour prendre celui encore en vigueur aujourd’hui : la Semaine Romande de Musique et de Liturgie.

C’est l’Abbé Jean-Jacques Martin qui est élu président de l’Association et qui prends du même coup la responsabilité du Bureau. Deviennent membres de ce dernier, les chanoines Jean-Claude Crivelli et Jean Scarcella, Pascal Crittin et Michèle Olivier. Les tâches sont réparties entre les différents membres du Bureau. Jean Scarcella et Pascal Crittin prennent la direction musicale de la session, Jean-Claude Crivelli la direction liturgique tandis que Michèle Olivier reprend le secrétariat général. Quant à la gestion financière de l’association, dépendante de l’Assemblée générale, elle est assurée par André Olivier.

Ces nouvelles structures permettent de donner un nouvel élan à la session. La musique reste certes un pilier principal mais on s’ouvre aussi vers d’autres domaines plus proches de la liturgie. De plus, la session aborde chaque année un thème original et des invités réputés se succèdent pour intervenir lors de conférences : Joseph Gélineau, Michel Corsi, Hélène Dugal, sans oublier les personnalités « maison » telles que Jean-Claude Crivelli, Jean Scarcella ou Pascal Crittin. L’Assemblée générale, régulièrement convoquée, permet par ses membres d’être le relais entre les semainiers et le bureau.

Durant six ans, des pistes sont explorées pour augmenter l’attrait de la session et diverses expériences sont tentées (œcuménisme, journée des prêtres, groupe vocal, célébrations itinérantes, etc.). Malgré ces changements, la SRML conserve son fonctionnement habituel avec des conférences et répétitions en commun le matin tandis que l’après-midi est consacré aux deux séries d’ateliers et la célébration du soir qui conclut la journée. Cela durera jusqu’en 1999, l’année suivante étant l’occasion de profonds changements.

Lire la suite >>