1965 : « Musique sacrée »

Les Semaines Romandes de Musique Sacrée

Gravement atteint dans sa santé, Pierre Carraz décède le 6 mars 1964. L’après-midi même des funérailles, des membres de la SSEG se réunissent à la Cure de Saint-François, parmi lesquels Mgr Beilliard, le curé Nussbaumer, Emile Lattion, Germain Lapaire, Georges Heanni, le chanoine Gaston Bonvin, Elisabeth Monnat, Marcelle Gras et Georgette Albrecht. Ils décident de poursuivre et d’élargir la portée des Semaines, conformément à Vatican II et à la Constitution sur la liturgie qui vient d’être promulguée. Avec à leur tête Emile Lattion, les « Semaines grégoriennes » deviennent « Semaines romandes de musique sacrée ».

JPEG - 52.5 ko
Marius Pasquier
© Bernard Pillet (2007) www.photo-boutique.com

Le nouveau souffle est symbolisé par l’arrivée comme professeur du chanoine Marius Pasquier qui va prendre en charge la polyphonie. L’effectif des participants de cette nouvelle formule sera supérieur à celui des années précédentes.

Depuis 1965, Michel Veuthey, professeur puis directeur cinq ans plus tard, fait des Semaines un terrain d’expérimentation de la liturgie contemporaine et une référence pour les paroisses romandes. Parallèlement, les Semaines prennent une assise légale. L’Association des Semaines romandes de musique sacrée est créée. Elle aura pour siège l’Abbaye de St-Maurice, en Valais. Emile Lattion en sera le premier président jusqu’en 1974. Le chanoine Edouard Zumofen, prieur de l’Abbaye, lui succédera. Cette nomination, la multiplication des chanoines comme professeurs, témoignent de la qualité des relations nouées entre l’Abbaye et la Semaine de St-Maurice.

JPEG - 45.5 ko
Michel Veuthey
© Bernard Pillet (2007) www.photo-boutique.com

Lire la suite >>